Hérouvillette et son Eglise


Il ne faut pas essayer de faire une liaison entre l’ancienneté de l’église d’Hérouvillette et la fondation de notre village.

On sait, en effet, à la suite de la découverte en 1966 du cimetière du haut moyen-âge, que vers 535 notre village était habité et son territoire cultivé, et l’on pense que ce sont des Saxons, immigrés par petits groupes, et venant de Grande-Bretagne, qui s’y étaient alors fixés.

La recherche archéologique a placé l’abandon de ce cimetière mérovingien à la fin du septième siècle, date qui coïncide avec la christianisation de cette région de Basse-Normandie. On peut donc penser que la nécropole païenne d’Hérouvillette fut abandonnée au profit d’un cimetière situé autour d’un nouveau lieu de culte.

Au moment de la conquête normande par Guillaume 1er, notre village fut compris, avec d’autres localités voisines, dans les vastes domaines qui formaient le Comté de Montgommery. Hérouvillette qui n’était lui-même qu’une petite partie d’un fief plus considérable devint probablement l’apanage d’un officier de ces puissants seigneurs. S’appelait-il Harold ou Herold…c’est probable. Le nom d’Hérouville et celui d’Hérouvillette qui n’est que son diminutif ont la même racine, manifestement scandinave, et ces deux paroisses ont dû faire partie d’un même fief.

C’est en 1128 que l’on trouve la première mention du nom d’Hérouvillette (Herulfi Villula).

HerouvilletteL'Eglise7
C’est à la fin du Xllème siècle que l’on trouve pour la première fois mention de l’église d’Hérouvillette dans un acte passé entre une abbaye du fief de Ranville et un abbé de Troarn; et c’est en 1231 que ce fief de Ranville, dont dépendait l’église d’Hérouvillette, a été donné à l’abbaye d’Aulnay.

L’église appartient à deux époques. La façade occidentale n’est qu’un gable percé d’une porte cintrée qui annonce une réparation ou reconstruction dans le style de la Renaissance (XV – XVIème siècle). Elle est surmontée de deux “lancettes” et d’un “oculus” en forme de cercle à quatre lobes; au dessus du pignon du gable s’élève un campanile à double baie que l’on a, plus tard, entouré d’une charpente recouverte en ardoise, le tout ayant la forme d’un petit clocher à base rectangulaire. La partie occidentale était précédée d’un porche en bois qui a disparu.

La nef doit être de la fin du XIIème siècle sauf la partie qui avoisine le chœur et qui a été ajoutée probablement à la fin du XIVème siècle;

La nef et le chœur n’ont aucune décoration ou tentative de décoration et n’ont rien de remarquable; mais la paroisse était très pauvre.

Le chœur était mieux éclairé que la nef par des fenêtres ogivales sans meneaux, ouvertes du côté sud. Celles que l’on voit aujourd’hui du côté nord datent de 1875-1880. Il en est de même de la voûte en plâtre, de style ogival, qui a remplacé un plafond en planches badigeonnées semblables à celui qui existe encore dans la nef.

Il est regrettable que l’amour de la pierre blanche ait été porté au point de provoquer le grattage de la croix du cimetière sur le croisillon de laquelle on voyait, délicatement sculptée, d’un côté, la figure du Christ.

L’église a été consacrée à Notre-Dame; l’abbaye d’Aulnay en avait le patronage et en percevait les dîmes.

Jusqu’à la révolution, date qui en marque la dissolution, la paroisse de Sainte Honorine dépendait d’Hérouvillette et un prêtre y demeurait exerçant les fonctions curiales.

Georges GAUTIER


© Copyright Herouvillette.net - Designed by List Berbagi